L’autorité de Jésus

« Moi (dit Jésus) , je n’ai pas parlé de par moi-même ; mais celui qui m’a envoyé – le Père – m’a commandé lui-même ce que je devais dire et comment j’avais à parler ; et je sais que son commandement est la vie éternelle. » Jean 12. 49-50

Quand il était sur la terre, Jésus parlait et agissait avec autorité. Il impressionnait les foules, qui disaient : « il commande avec autorité, même aux esprits impurs, et ils lui obéissent » (Marc 1.27).
Ses paroles avaient une puissance inconnue jusque-là. Il pouvait guérir les maladies par une simple parole. Un officier romain lui a même demandé : « Dis seulement une parole, et mon serviteur sera guéri » (Matthieu 8.8). Cet officier n’a pas été déçu.
Son autorité était perceptible aussi dans son enseignement. « Il les enseignait comme ayant autorité, non pas comme les scribes » (Marc 1.22). Jésus ne s’appuyait pas sur tel ou tel spécialiste de la loi pour accréditer ses propres déclarations. Il affirmait simplement : « En vérité, en vérité, je vous le dis ». D’où lui vient cette autorité ? s’interrogeait-on. Les évangiles nous donnent la réponse. Jésus est plus qu’un homme exceptionnel. Il est le Fils de Dieu lui-même, venu s’approcher de sa créature pour la sauver du mal et de la mort. Son autorité s’établissait de façon naturelle, parce qu’il était Dieu. Elle transparaissait dans toute sa vie, son comportement, ses paroles, parce qu’il venait révéler Dieu, le Père : « Moi et le Père, nous sommes un » (Jean 10.30). Il était l’Envoyé du Père, non pour dominer mais pour libérer, non pour condamner mais pour sauver ceux qui se confiaient en lui. Et c’est vrai encore aujourd’hui.
Avez-vous reconnu l’autorité de Jésus dans votre vie, avec confiance et sincérité ?

L’épreuve, pourquoi?

« Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin accordée par le Seigneur. Que le Seigneur est plein de compassion et miséricordieux. » Jacques 5.11

Une personne âgée, qui avait connu beaucoup de souffrances dans sa vie, me disait : « Vous savez, ceux qui n’ont pas encore eu d’épreuves, qu’ils s’y préparent ».
Tôt ou tard, nous traversons tous des moments difficiles, soucis, peines, deuils…ces souffrances produisent des réactions bien différentes selon les personnes.
Dieu permet la souffrance … mais le croyant sait que Dieu l’aime et désire son bien. Le livre de Job nous présente un croyant qui avait tout perdu : ses enfants, ses biens, sa santé. Le dernier chapitre montre ce que Job appris au travers de la souffrance :
-« Je sais que tu peux tout… » Job 42.2. Job mesure maintenant sa petitesse devant Dieu.
-« J’ai … parlé , et sans comprendre, des choses trop merveilleuses pour moi » (v.3). Avec humilité, il reconnait la sagesse du plan divin à son égard.
-« Ecoute, je te prie… Toi, instruis-moi »(v.4) Il désire désormais être attentif à ce que Dieu veut lui enseigner.
-«Maintenant mon œil t’a vu » (v.5) Par l’épreuve, il a appris à connaître réellement le Seigneur.
-« J’ai horreur de moi … » (v.6)Il reconnaît le mal qui est en lui et exprime un vrai repentir.
Les épreuves que Job a connues dans sa vie avaient pour but de lui montrer que le Seigneur est « plein de compassion miséricordieux »
Apprenons à « voir » Dieu lorsque la douleur envahit notre horizon. Il veut nous amener dans sa lumière, nous rappeler notre fragilité et combien nous avons besoin de sa grâce.

Souviens-toi

« Souviens-toi de ton Créateur dans les jours de ta jeunesse, avant que soient venus les jours mauvais, et avant qu’arrivent les années dont tu diras : je n’y prends pas de plaisir. » Ecclésiaste 12.1

Souviens-toi

Souviens toi , mon enfant, au jour de la jeunesse,
De Dieu ton Créateur,
Car il veut te bénir, avant que la vieillesse
Ne surprenne ton cœur.

Poursuivras-tu longtemps cette route joyeuse
Où ton œil te conduit ?
Chercheras-tu encore à la source trompeuse
Le bonheur qui te fuit ?

Réjouis-toi, mon fils, dans ton adolescence,
Mais pense à ce moment
Où tu seras pesé à la juste balance,
Au jour du jugement.

Souviens-toi maintenant ! Tel est l’appel suprême
Du Dieu de vérité
Ecoute cette voix, viens à Jésus ; il t’aime,
Il veut te délivrer.

Dis-lui : « Je suis perdu… j’ai besoin de ta grâce,
De ton divin secours.
O Seigneur ! Sauve-moi, que ton sang pur efface
Mes péchés pour toujours. »

« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité » (1 jean 1.9)