La force de la prière

Vf

Le nom de Jésus est au dessus de tout nom. Au nom de Jésus, tous genoux doivent fléchir, toutes portes doivent s’ouvrir, tout diable doit fléchir le genou.

Quelle sorte de problèmes rencontrez-vous ? Des problèmes de santé ? Des problèmes financiers ? Des problèmes psychologiques ? Des problèmes d’emplois ? Des problèmes familiaux ? Des problèmes dans votre vie sociale ? Des problèmes dans vos études ? Dieu est à même de vous aider à résoudre N’IMPORTE LEQUEL d’entre eux ! Bien sûr, vous devez faire votre part. Mais Il possède, Lui, le Dieu Créateur, TOUTE PUISSANCE dans l’univers. Il peut vous accorder la délivrance et vous aider de manière miraculeuse !

Chaque fois que vous commencez à vous sentir frustrés, reculez et priez,
Chaque fois que vous commencez à vous sentir inquiets, reculez et priez
La Bible nous dit sur Mathieu 11:28 ” Venez à moi , vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos.”

La prière n’est pas une situation où vous devez aller quelque part et vous agenouiller dans une position et faire une certaine routine, il y a un temps pour tout ça, mais vous pouvez très bien prier toute la journée.
Satan, voudrait toujours nous distraire, par la télé, la fatigue, le manque de temps et parfois nous oublions de prier. Ne nous laissons pas distraire car la prière est notre force.
Et Satan n’a pas d’emprises sur ceux qui aiment prier.
La prière n’a pas besoin d’être longue , la prière n’a pas besoin d’être sophistiquée, je veux vous encourager à demander à Dieu ce que vous voulez en si peu de mots que possible,

Pourquoi disons nous, « oh Dieu, j’ai fait ceci je te demande de me pardonner, oh Dieu , oh Dieu , pardonne moi, oh Dieu….. »

Quand nous faisons ça nous nous parlons tout seul, nous essayons de nous impressionner …
En réalité Dieu n’a pas besoin de tout ça , qu’on Lui demande ce qu’on veut avec aussi peu de mots que possible
N’est ce pas ce que dit Mathieu 6 « Ne multipliez pas vos paroles et ne répétez pas à plusieurs reprises à n’en plus finir »

Ne spiritualisez pas trop la prière, c’est une chose spirituelle, mais vous devez faire une chose agréable pour vous, et une chose en quoi vous croyez vraiment.

Vos prières doivent être accompagnées de foi, c’est la foi avec quoi vous priez qui en accélère l’exhaussement, ce n’est pas le temps que vous passez à prier, la prière à haute voix, ou la prière sophistiquée, c’est la simple foi d’enfant : Dieu je crois que tu m’entends, je te demande ceci, tu ne veux pas que je m’inquiète, je te demande de changer le cœur de cette personne , je ne peux pas le faire mais toi tu peux, Merci Père que tu travailles , au nom de Jésus je vais aller de l’avant et je vais jouir de ma vie.

Et c’est cela la volonté de Dieu pour Vous.

Vm
Jesosy dia anarana ambonin’ny anarana rehetra. Amin’ny anarany, dia mandohalika ny zavatra rehetra, mivoha ny varavarana rehetra, mivaha ny fangejana rehetra. Sambatra sy afaka mirehareha isika manana Azy satria Izy ilay Mahery, amin’ny alalany no hamalian’ny Ray ny vavaka ataontsika.

Maro ny zavatra tsy voafehin’ny vola, fahalalana, hery sy tanjaka fa fehezin’ny vavaka.

Ny fananana fiainam-bavaka no mampiavaka ny olon-tsotra sy ny mpivavaka.

Amin’ny maha- mpivavaka antsika dia adidintsika ny miaina amin’ny vavaka .

Indraindray anefa izany fanaotsika izany dia kasain’ny izao tontolo izao ovaina. Aza avela hisy hanova ny fanaonao. Ny kajin’ny devoly dia ny hialantsika amin’ny fanaontsika.

Variana amin’ny ny asa, fitadiavana, fitotototoana isan’andro, ny fialam-boly maro samihafa (télé, série … ) ka indraindray, adinontsika ny tena zava-dehibe dia ny mifandray amin’ilay Ray Nahary antsika.

Miankina amin’ny fanaon’ny olona iray anefa ny vokatra azony.

Diniho ny lala-masaka hatry ny ela. Maro ireo mpanompon’Andriamanitra ao anaty Baiboly nahomby noho ny vavaka . Davida, Petera, Elia …
Mpanjaka I 18: 42 “Fa Elia kosa niakatra ho eo an-tampon’ny Karmela, dia niankohoka tamin’ny tany, ary ny lohany nataony teo anelanelan’ny lohaliny.”
Lioka 18 : 1 “ fa tsy mety raha tsy mivavaka mandrakariva izy ka tsy reraka”

Ao anatin’ny vavaka no fototry ny fahombiazana sy ny fandresena

Mahatsiaro tena reraka ve ianao? mandehana mivavaka
Mahatsiaro tena kivy ve ianao? mihazakazaha mivavaka.

Avohay ny ao am-po amin’ny alalan’ny vavaka.

Aza kivy mivavaka , tolona ny mivavaka. Ny olona dia samy manana ny ady fa omen’Andriamanitra fanalahidy izy amin’ny alalan’ny vavaka.
Ny Pasteur ohatra dia tsy mitoky amin’ny fianarana maha Pasteur azy fa mila manana fiainam-bavaka.

Tandremo sao :
-dia ao anaty olana isika vao tia vavaka
-miandry olana vao mivavaka
=> vavaka dia sakana tsy hisehoan’ny olana
=>mampandresy antsika foana Andriamanitra rehefa maharitra mivavaka isika
=>Voafehin’ny vavaka ny zava-drehetra.

Izay zavatra lehibe ao am-pon’ny olona dia tokony ahitany fotoana.
Ny vavaka dia misy hery. Ary ny satana dia tsy manankery amin’ny olona tia vavaka.

Mampandresy ny olony Andriamanitra satria amin’ny alalan’ny vavaka Izy no miresaka amin’ny zanany, manoro lalàna azy, manome fitsaharana sy fiadanam-po.
Ny baiboly dia milaza ao amin’ny Matio 11: 28 “Mankanesa aty amiko, hianareo rehetra, izay miasa fatratra sy mavesatra entana, fa izaho no hanome anareo fitsaharana”

Rehefa mivavaka isika dia ataovy tsotra sy fohy ary mazava. Tsy ny maha lava na sarotra ny vavaka no ahitana valiny fa ny fahatsorana miresaka amin’ilay Ray.
Matio 6 : 7 ” Raha mivavaka isika dia aza mba manao teny maro foana tahaka ny jentilisa fa ataony ny hamaroan’ny teniny no hihainoana azy”

Ny vavaka ataontsika koa dia tokony arahina finoana, izany no manafaingana ny valim-bavaka.

Ho fo mahalala ny hasarobidin’ny vavaka anie isika ka haharitra sy tsy ho reraka hivavaka mandrakariva.
Izay no sitraky ny Tompo ho antsika!

TEMOIGNAGE SUR LA GUERISON

Par REV. JOHN G. LAKE

Personne n’a pu comprendre l’énorme attente que la révélation de Jésus comme un guérisseur actuel a eu sur ma vie, et ce que cela signifiait pour moi, s’ils ne l’ont pas compris mon monde.

J’ai été l’un des seize enfants. Nos parents étaient forts et vigoureux, et en bonne santé. Ma mère est décédé à l’âge de soixante-quinze ans, et mon père vit encore et a soixante-dix-sept ans.

Avant mes connaissances et mon expérience que le Seigneur est notre guérisseur, nous avons enterré huit membres de la famille. Un étrange train de maladie, entraînant la mort, avait suivi la famille, et pendant trente-deux ans, certains membres de la famille étaient invalides. La maison n’était jamais sans l’ombre de la maladie pendant toute cette longue période. Quand je pense à mon enfance et à mon adolescence, il vient à mes souvenirs comme un cauchemar de la maladie, les médecins, les infirmières, les hôpitaux, corbillards, des funérailles, cimetières et de pierres tombales, un ménage affligé, une mère avec un cœur brisé et un père accablé de douleur, et qui luttent pour oublier les douleurs du passé, afin d’aider les membres vivants de la famille, qui ont besoin de leur amour et de soins.

Au moment où le Christ a été révélé à nous en tant que guérisseur, mon frère, qui avait été invalide pendant vingt-deux ans, et dont mon père avait dépensé une fortune pour vains assistance médicale, était en train de mourir. Il a saigné sans cesse de ses reins, et a été maintenu, grâce à l’assimilation de sang-création aliments presque aussi rapide qu’elle découlait de son corps. Je n’ai jamais connu d’autres personnes souffrir extrêmement et aussi longtemps qu’il était.

Une sœur, trente-quatre ans, est ensuite mort avec cinq cancers dans son sein gauche, après avoir été opéré cinq fois à Harper’s hôpital Detroit Mich. , par le Dr Karstens, un chirurgien allemand de renommée, et refoulés à mourir.

Une autre sœur mourait d’un problème de sang. Progressivement au jour le jour, son sang coulait jusqu’à ce qu’elle était dans la très affres de la mort.

Je me suis marié et créé ma propre maison. Très tôt après notre mariage le même train de conditions qui avaient suivi la famille de mon père est apparu dans la mienne. Ma femme est devenue invalide par la maladie cardiaque et la tuberculose. Elle perdait le fonctionnement de son cœur et sombrait dans l’inconscience. Parfois j’aimerais trouver son inconscience sur le sol, après avoir été brutalement frappée, parfois dans son lit. Des stimulants forts sont devenu nécessaire afin de relancer le fonctionnement du cœur, jusqu’à ce que finalement nous avions utilisé des comprimés nitroglycérine, pour un effort héroïque pour stimuler le fonction du cœur. Après ces sorts cardiaques elle restait dans un semi-état paralytique pendant des semaines, c’est le résultat de la stimulation a dit le médecin.

Mais au milieu de la profonde obscurité, quand les médecins sont déconcertés et ont reconnu leur incapacité à aider, lorsque le nuage de l’obscurité et de la mort à plané de nouveau au-dessus de la famille, du coup la lumière de Dieu a éclaté dans notre âme, par le message d’un messager de Dieu, assez grande et vrai pour Dieu à proclamer la vérité de Dieu.

Nous avons pris notre frère qui était en train de mourir, à la maison de guérison à Chicago. La prière a été offerte pour lui, avec l’imposition des mains, et il a reçu une guérison instantanée. Il se leva de son lit de mort et il a parcouru 6437.4 km, a retourné à son domicile et au partenariat dans les affaires de mon père, un homme bien.

Une grande joie et un merveilleux espoir naissait dans nos cœurs. Une véritable manifestation du pouvoir de guérison de Dieu était devant nous. Rapidement nous nous sommes arrangés pour prendre notre sœur avec ses cinq cancers dans la même maison de guérison, la portant sur un brancard. Elle a été emmenée dans la réunion de guérison. Au sein de son âme elle a dit, ” d’autres peuvent être guéris parce qu’ils sont bons. Je n’ai pas été un vrai Chrétien comme les autres. Ils peuvent être guéries en raison de leur bonté, mais je crains que la guérison n’est pas pour moi.” Il semblait plus que son âme pouvait s’agripper.

De son lit, après avoir écouté à la prédication et à l’enseignement de la Parole de Dieu sur la guérison à travers Jésus Christ, espoir naissait dans son âme. On a prié pour elle et on imposé les mains sur elle. Comme la prière de la foi s’éleva à Dieu, la puissance de Dieu a descendu sur elle, palpitant son être. Sa douleur a instantanément disparu. Le gonflement a disparu progressivement. Le grand cœur du cancer est devenu noir, et est tombé en quelques jours. Les plus petits ont disparu. Le poitrine mutilé a commencé à être reconstituée et est devenu un sein parfait de nouveau.

Comment nos cœurs sont ravis ! Les mots ne peuvent pas raconter cette histoire. Une nouvelle foi naît en nous. Si Dieu pouvait guérir notre frère mourant et notre sœur mourante, et faire disparaître des cancers, il pouvait guérir toute chose ou toutes personnes.

Notre sœur avec le problème de sang a commencé à se tourner vers Dieu pour sa guérison. Elle et son mari étaient des chrétiens fervents, mais bien qu’ils priaient pour un temps, la prière semble sans réponse, jusqu’à ce qu’un soir, j’ai reçu un appel téléphonique disant que si je souhaite la voir en vie je dois venir à son chevet. En arrivant j’ai trouvé que la mort était déjà sur elle. Elle était dans l’inconscience. Le corps était froid. Aucune pulsation n’était perceptible. Nos parents s’agenouillèrent en son chevet en pleurs et son mari s’agenouilla au pied du lit dans la douleur. Son bébé réside dans son berceau.

Un grand cri vers Dieu, tel qu’il n’y en avait jamais, viennent de mon âme, est allé jusqu’à Dieu. Elle ne doit pas mourir. Elle ne pouvait pas mourir. Je ne veux pas voir ça. Le Christ n’était pas mort pour elle? Le pouvoir guérisseur de Dieu n’avait-il pas été manifesté pour les autres, et qu’elle ne devrait pas également être guérie ?

Il n’y avait pas de mots qui pourraient transmettre à une autre âme le cri qui était dans mon coeur, et la flamme de la haine de la mort et de la maladie que l’Esprit de Dieu a remué en moi. La colère de Dieu semblait posséder mon cœur. Nous avons demandé à Dieu, après avoir téléphoné et signalant des amis croyants pour obtenir de l’assistance dans la prière. J’ai renvoyé le pouvoir de la mort au nom de Jésus Christ. En moins d’une heure nous nous sommes réjouis de voir des preuves de retour la vie. Elle était complètement guérie, et cinq jours plus tard, elle arriva chez leur père et a rejoint la famille au dîner de Noël.

Mon épouse, qui mourra lentement pendant des années, et souffrant d’une douleur atroce jamais rencontré, était le dernier des quatre pour recevoir la guérison de Dieu. Mais, oh, la puissance de Dieu vint sur elle, J’ai réalisé que je n’ai jamais eu le caractère de la consécration que Dieu a demandé, et que le Christ doit donner à Dieu. Jour par jour, la mort s’installa silencieusement sur elle, jusqu’à la dernière heure qui est venue. Un frère dans le ministère était présent. Il s’en alla, et se tint à son chevet, et revenait vers moi avec des larmes dans les yeux, dit : ” Viens et marche.” Et, ensemble, nous nous sommes promenés dans le clair de lune. Il m’a dit: “Frère Lake, soit concilié avec la volonté de Dieu,” ce qui signifie que par la plupart comme tous les ministères, “être réconciliés pour laisser votre femme mourir.” J’ai pensé à mes bébés. J’ai pensé à elle que j’aimais comme mon âme, et une flamme brûlait dans mon cœur. Je me suis senti comme si Dieu avait été insulté par une telle suggestion. Pourtant, j’ai eu beaucoup de choses à apprendre.

Au milieu de mon âme tourmenté, je suis revenu à ma maison, j’ai pris ma Bible de la cheminée, la jeta sur la table. Et si Dieu conseilla un homme d’ouvrir un message dans la Bible nécessaire à son âme, assurément il le fera pour moi. Le livre ouvert à la dixième chapitre d’actes, et mes yeux sont tombés sur le verset 38, ce qui suit : ” Jésus Christ, oint par Dieu par le Saint-Esprit, qui passe en faisant du bien, et guérissait tous ceux qui étaient opprimés par le diable, car Dieu était avec lui.

” Ces mots perçaient mon cœur comme un éclair. “Opprimés par le diable!” Alors Dieu n’était pas l’auteur de la maladie, et les gens que Jésus a guéri n’était pas rendu malade par Dieu ! Hâtivement en tenant une référence à une autre partie du mot, j’ai lu encore dans les paroles de Jésus dans Luc 13: “ne devrait pas cette femme, que SATAN a lié pendant ces dix-huit ans, être délié de ce joug?” Une fois de plus Jésus attribue la maladie au diable. Quelle foi surgissait dans mon cœur, et quelle flamme d’intelligence concernant la Parole de Dieu et le ministère de Jésus est répandue sur mon âme. Je n’ai jamais vu comme avant, pourquoi Jésus guérit les malades. Il était en train de faire la volonté de son père, et faisant la volonté de son père a détruit les œuvres du diable. (Héb. 2:14)

Dans mon âme j’ai dit, ce travail du diable, cette destruction de la vie de ma femme, au nom de Jésus Christ cessera, car Christ est mort et lui-même a pris nos infirmités et a supporté nos maladies.

Nous avons décidé qu’à 9:30. Une prière devrait être offert pour sa guérison, et encore une fois j’ai téléphoné et télégraphié des amis à se joindre à moi dans la prière à cette heure. À 9:30 JE ME SUIS agenouillé à son lit et a appelé le Dieu vivant. La puissance de Dieu vint sur elle, la palpitant de la tête aux pieds. Sa paralysie a disparu, son cœur est devenu normal, sa toux a cessé, sa respiration était régulier, sa température était normale. La puissance de Dieu a circulé à travers sa personne, apparemment comme le sang circule dans les veines. Lorsque j’ai prié, J’ai entendu un son de ses lèvres. Pas un bruit de ????? Comme auparavant, mais maintenant une forte voix, et elle poussa, louer Dieu, je suis guéri!” avec ça, elle a enlevé sa robe de chambre, la jeta, dehors.

Quelle journée ! Vais-je jamais oublier, lorsque la puissance de Dieu ravis nos âmes, et la joie de Dieu possédait notre cœur à sa guérison !

La nouvelle se répandit dans la ville, l’Etat et la nation. Les journaux en ont discuté. Notre maison est devenue un centre d’enquête. Les gens voyageaient de loin pour la voir et parler avec elle. Elle a été inondée de lettres d’enquête.

Une nouvelle grande lumière venait de naître dans notre âme. Notre église avait diligemment nous a enseigné que le jour des miracles a passé. Croyant ainsi, huit membres de la famille avaient été autorisés à mourir. Mais maintenant, avec la lumière de la vérité clignotant dans nos cœurs, nous avons vu qu’un tel enseignement était un mensonge, sans doute inventé par le diable et diligence, et annoncée comme vérité par l’église, enlevant ainsi l’humanité de l’héritage légitime par le sang de Jésus.

D’autres sont venus à notre maison. Ils ont dit : “Puisque Dieu t’a guérie, il va sûrement nous guérir. Priez pour nous.” Nous étions contraints à ça. Dieu a répondu, et nombre d’entre eux ont été guéris. De nombreuses années se sont écoulées depuis, mais aucun jour passe sans que Dieu n’ait pas répondu à la prière. Les gens ont été guéris, et non pas par un et deux, ni par centaines, ni milliers, mais des dizaines de milliers de personnes. C’est pour ça que j’ai consacré ma vie, jour et nuit, pour ce ministère.

En temps voulu Dieu m’a appelé en Afrique du Sud, où j’ai vu une telle manifestation du pouvoir de guérison de Dieu comme le monde n’a peut-être pas vu depuis l’époque des apôtres. Hommes chrétiens baptisés dans le Saint-Esprit et tombe suite à la force toute-puissante de Dieu, en proclamant le nom de Jésus, qui pose les mains sur les malades, et ils étaient guéris. Les pécheurs, assistant à ces preuves de la puissance de Dieu, et crièrent de joie, et se sont donné au service de Dieu, comme il était dans les jours de Jésus, “il y eut une grande joie dans cette ville,” et cette nation.

Enfin, Dieu m’a amené à Spokane, où nous avons soigné à partir de deux cents à cinq cents malades par semaine. La ville est remplie des louanges à Dieu, à cause de la bienheureuse manifestation de Dieu par la pouvoir de guérison partout dans le monde. Les gens sont venus de loin pour la guérison. Certains ont écrit des lettres, d’autres ont télégraphié, et certains ont relié la moitié de la planète, pour la prière, et Dieu a aimablement répondu. Les ministres et les églises dans tout le pays ont constaté que, bien que l’Eglise a enseigné que les jours des miracles seulement appartenaient à l’époque des apôtres, la déclaration était un mensonge, et que le pouvoir de guérison de Dieu est aussi disponible à l’âme honnête aujourd’hui qu’il ne l’était dans les derniers jours du Christ sur la terre, et que les “cadeaux et l’appel de Dieu sont sans repentance ” et que Jésus est encore le guérisseur.

“Traduit en français par HR, John G Lake’s – How I Came to Devote My Life to the Ministry of Healing”